logo

Le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle

Pèlerin de Saint-Jacques (Manuscrit de la Bibliothèque Sainte-Geneviève)

Chapiteau peint à la Maison-Dieu.

Sur un chemin de Saint-Jacques

Parthenay est située sur un chemin secondaire conduisant à Saint-Jacques de Compostelle et le vocable est bien présent à Parthenay (faubourg et église Saint-Jacques).

Ce pèlerinage se développe au cours du XIIe siècle, en lien avec la reconquista contre les musulmans en Espagne, mais peu de contemporains avaient les moyens d'aller jusqu'en Galice. Parmi ces priviliégiés, le seigneur Guillaume IV de Parthenay fit le voyage de Compostelle.

A son retour, en 1174, Guillaume IV fonde le prieuré de la Madeleine de l’ordre de Saint-Augustin qui devient un établissement hospitalier et charitable sous le nom de Maison-Dieu (actuellement sur la commune de Châtillon-sur-Thouet), et peu après il fonde également le monastère du Bois-d’Allonne, de l’ordre de Saint-Etienne de Grammont, en lui donnant une part de la forêt environnante.

Le guide du pèlerin et Aimery Picaud

Le "guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle" (nom donné à un texte sans titre par Jeanne Vieillard, lors de sa traduction en 1938), rédigé au début du XIIe siècle, est traditionnellement attribué à Aymeri Picaud de Parthenay, moine du prieuré de Parthenay-le-Vieux. Il n'était évidemment pas connu du simple pèlerin, qui ne disposait pas de "guide" a proprement dit. Il fait néanmoins partie du "Codex calixtinus" (manuscrit qui doit son nom au pape Calixte II), ensemble de textes épars rassemblés vers 1140 et destinés à promouvoir le pèlerinage de Saint-Jacques.

Selon Bernard Gicquel, traducteur du Codex calixtinus, l'auteur du Guide ne serait pas Aimery Picaud mais Hugues le Poitevin, moine de Vézelay. Cependant, il attribue à Aimery Picaud la rédaction des 22 miracles de Saint-Jacques présents également dans le Codex calixtinus.

Le Codex calixtinus , plus connu sous le nom de "livre de Saint-Jacques", comprend une partie formant un Guide du pèlerin.