logo

Les révolutions du XIXe siècle

Empire, restauration et révolutions (1800-1870) : la longue marche vers la République

Sous le Premier Empire, la ville se relève progressivement des troubles révolutionnaires.

A la Restauration, plusieurs notables républicains parthenaisiens (dont le docteur Ledain) participèrent au complot du général Berton, qui prit la ville de Thouars avant d'être arrêté et exécuté. Le docteur Ledain fut emprisonné au Mont-Saint-Michel suite à cette tentative malheureuse de rébellion contre le gouvernement ultra-royaliste de Charles X .

En 1831, la duchesse de Berry, belle-fille de Charles X, cherche à soulever les provinces françaises. Elle agit au nom de son fils, héritier du trône pour les partisans des Bourbons (les légitimistes), alors que le roi des Français Louis-Philippe d'Orléans était considéré par ses derniers comme un usurpateur du trône après la révolution de juillet 1830. Dans cette folle équipée, la duchesse passe par la Gâtine.

En 1848, les opinions républicaines des Parthenaisiens se confirment. Après le coup d'Etat du 2 décembre 1851, le député Failly refuse de prêter serment au nouveau régime, tandis que le docteur Ganne, qui fut sous-commissaire de la République (c'est-à-dire sous préfet), sera expulsé un moment du département.

Délibération du conseil municipal suite à la proclamation de la République, février 1848.

Portrait de Louis Ganne, Maire de Parthenay.
coll. Musée.

La Troisième République (1870-1899) : une société divisée

Revenu de son exil politique, Louis Ganne est élu maire de Parthenay (1864-1874, 1876-1886). Républicain rallié à l'Empire, il n'a pas de difficulté à demeurer à son poste après 1870. Ce fut un maire important pour Parthenay qui, sous son mandat, commence à se moderniser et s'étendre.

A la fin du siècle, l'opposition entre catholiques conservateurs et républicains anticléricaux structure la vie politique locale. Dans ce cadre émerge en 1898 (il est élu à la tête de la ville) la figure de Louis Aguillon, patron tanneur et maire républicain radical et franc-maçon.

Les relations sociales seront longtemps marquées par ces oppositions politiques et religieuses : deux journaux (Le Bocage et la Plaine et L'Echo de Parthenay), deux associations de loisirs (le Cercle catholique Saint-Joseph et le Patronage des écoles laïques), deux librairies, etc.

Le Bocage et la Plaine, journal républicain.

Le Petit G√Ętinais, journal conservateur.